Le guide de la chaudière: tous les types et fonctionnements

Choisir une chaudière est particulièrement important car elle impacte aussi bien le confort quotidien des résidents, que la facture énergétique ! Entre les chaudières au gaz, au fioul, à bois, électriques, ou encore les hybrides, il est parfois bien compliqué de s’y retrouver ! Voici quelques conseils et infos qui pourront vous guider et vous aider à choisir la chaudière idéale !

Zoom sur la chaudière à condensation

La chaudière à condensation fait partie des chaudières dites « nouvelle génération ». En effet, elle est non seulement respectueuse de l’environnement mais en outre, s’avère particulièrement efficace en termes de rendement. Relativement coûteuse à l’achat (environ 4000 euros), il est possible de bénéficier de certaines aides et crédits d’impôts lors de l’installation d’une chaudière à condensation.

La chaudière à condensation assure d’une part le chauffage d’une habitation, mais permet également la production d’eau chaude sanitaire. Ce système de chauffage complet permet de répondre aux besoins d’une famille nombreuse, et reste encore aujourd’hui le système de chaudière le plus performant du marché. On parle de système de chaudière propre car la chaudière à condensation permet de réaliser jusqu’à 20 % d’économie d’énergie. Elle reste en outre le système privilégié par les propriétaires désireux d’obtenir le label BBC.

La chaudière à condensation s’installe de la même manière qu’une chaudière au gaz classique. Il convient de savoir également que la chaudière à condensation fonctionne comme une chaudière classique : elle brûle du gaz afin de produire de la chaleur. Il y a pourtant une différence majeure dans le fonctionnement de la chaudière à condensation puisque les vapeurs dégagées servent à réchauffer l’eau. Cette eau va ensuite circuler dans les radiateurs et donc chauffer l’habitat.

D’un point de vue purement technique, la chaudière à condensation fonctionne en quatre étapes.

  1. La combustion : le brûleur au gaz naturel réchauffe le circuit d’eau ce qui permet d'émettre des fumées de vapeur d’eau à température très élevée.
  2. L’émission de chaleur : l’eau chaude produite par la condensation est distribuée dans le circuit de chauffage
  3. La condensation : au contact de la paroi froide, la vapeur d’eau libère de la chaleur
  4. L’évacuation :  l’eau qui résulte de la condensation est évacuée vers le réseau des eaux usées

Le principal inconvénient de la chaudière à condensation concerne l’énergie fossile utilisée, qui émet tout de même des gaz à effet de serre. Pour adopter un comportement écologique, il est donc possible de compléter l’utilisation de la chaudière à condensation par une énergie renouvelable d’appoint, comme le solaire thermique ou l’éolien domestique.

Zoom sur la chaudière basse température

La chaudière basse température chauffe l’eau à une température peu importante et offre un confort de chauffe agréable. Le grand avantage de ce système concerne les économies d’énergie réalisées par le propriétaire optant pour la chaudière basse température. Une chaudière basse température représente un investissement conséquent (entre 3 000 et 5 000 euros sans compter l’installation), mais vous pouvez bénéficier de certaines aides gouvernementales pour financer une partie de votre installation.

La chaudière basse température s’appelle ainsi car elle chauffe l’eau à 50°C seulement, sachant qu’une chaudière classique chauffe l’eau à 90°C ! Pourtant, le confort est tout aussi agréable, et ce système permet donc de réaliser d’importantes économies d’énergie !

Le fonctionnement est relativement simple puisque la chaudière basse température fonctionne grâce à la combustion d’énergie, comme la chaudière classique. D’un point de vue technique, la chaudière basse température fonctionne en 3 étapes :

  1. Le combustible : Le gaz naturel ou le fioul est chauffé ;
  2. La chaleur : La chaleur de la combustion est captée par un fluide caloporteur ;
  3. La transmission calorifique : Le fluide caloporteur transmet la chaleur vers un circuit de chauffage central.

Pour adopter un comportement écologique complet, il est possible de compléter et coupler la chaudière basse température à un système d’énergies renouvelables d’appoint comme par exemple les panneaux solaires ou encore l’éolien domestique. Pour autant, la chaudière basse température est conforme aux exigences du Grenelle de l’Environnement puisqu’elle émet moins de CO2 qu’une chaudière classique.

Le principal inconvénient de la chaudière basse température concerne les radiateurs qui doivent eux aussi être "basse température" : des radiateurs classiques ne peuvent pas fonctionner avec ce type de chaudière. En outre, l’alimentation de l’air est assurée par un ventilateur puisant l’air ambiant et se régulant selon la température extérieure. Il est donc nécessaire de penser à l’évacuation des fumées, avec le conduit de cheminée si vous en possédez déjà un ou la pose d’une ventouse.

Zoom sur la chaudière à granulés de bois

La chaudière à granulés de bois remporte un franc succès ces dernières années car elle permet de répondre à tous les besoins de l'habitat et d’adopter en même temps un comportement écoresponsable tout en réalisant des économies d’énergie importantes. Il faudra débourser en moyenne 7 000 euros pour la chaudière à granulés de bois, et entre 700 et 3 500 euros pour le silo : cependant, la chaudière à granulés de bois est éligible depuis le 1er janvier 2012 à un crédit d’impôt de 15 % pour l’achat et de 26 % en cas de renouvellement, ce qui réduit considérablement son coût.

La chaudière à granulés à bois représente une solution complète et efficace pour chauffer non seulement la maison et mais également produire l’eau chaude sanitaire. Ce type d’équipement de chauffage remplace les chaudières classiques en étant même plus efficace. Les granulés de bois sont également appelés les pellets, et sont des déchets de bois transformés. Ce sont donc des combustibles 100% naturels et renouvelables ! La chaudière à granulés de bois est sans aucun doute le plus performant des chauffages bois. Son rendement, compris entre 80 et 90 %, est aussi important qu’une chaudière au fioul mais son fonctionnement est bien moins coûteux (les granulés de bois coûtant deux à trois fois moins chers que les combustibles fossiles) et bien plus écologique.

Installation d'une chaudière à granulé de bois

D’un point de vue technique, la chaudière à granulés de bois possède un réservoir de granulés qui doit être régulièrement rempli par le propriétaire. Le système fonctionne en 3 étapes :

Lire également  Quelques techniques et astuces pour économiser l’eau chez vous

  1. Le remplissage : le réservoir est rempli avant la mise en marche de la chaudière
  2. Le brûlage : le combustible est brûlé pour produire une chaleur
  3. La transmission calorifique : la chaleur est transmise à un fluide caloporteur qui alimente le circuit de chauffage.

La chaudière à granulés de bois est simple d’utilisation et très efficace, d’autant plus que les granulés sont facilement stockables, contrairement à la chaudière à bûche qui nécessite un grand espace de stockage. L’avantage principal de la chaudière à granulés de bois, outre les économies d’énergie réalisées, c’est qu’elle est très facile à installer. Elle peut remplacer une chaudière classique rapidement car elle fonctionne de la même manière, à condition bien évidemment de disposer d’un circuit de chauffage central avec un circuit d’eau chaude haute température alimentant des radiateurs.

Zoom sur la chaudière à bûches de bois

La chaudière à bûches de bois est un système vieux comme le monde, mais a été remise au goût du jour en offrant un niveau de performance plus élevé. Particulièrement respectueux de l’environnement, ce système de chauffage est efficace et pratique, même si le stockage reste un véritable problème. Il faut compter un investissement se situant entre 2 000 et 5 000 euros pour vous équiper d’une chaudière à bûches. L’Etat accorde un crédit d’impôt de 15 % si vous choisissez une chaudière à bûches, et vous pouvez également bénéficier de certaines aides comme celles de l’ANAH.

La chaudière à bûches de bois permet sans aucun doute d’allier écologie et performance. Particulièrement ancien, ce système de chauffage a été modernisé et revisité, et permet en outre de produire l’eau chaude sanitaire. Le fonctionnement est relativement simple puisque la chaudière à bûches de bois dispose d’un brûleur qui utilise la chaleur des bûches en combustion pour chauffer le circuit d’eau chaude

Une chaudière à bûches de bois fonctionne en 3 étapes :

  1. Le chargement des bûches dans le foyer : ce chargement peut être soit manuel, soit semi-automatique
  2. Le chauffage : la température s’élève à plus de 500°C et chauffe les parois intérieures de la chaudière
  3. La combustion : la combustion permet de chauffer l’intégralité de l’habitat. Il existe la combustion montante, horizontale et la combustion inversée qui sont trois systèmes différents mais tous aussi efficaces.

Le principal inconvénient de la chaudière à bûches de bois est non seulement le stockage (encombrant) des bûches, mais aussi le volume de l’installation. Le stockage des bûches doit être bien pensé, afin de faciliter les allers-retours entre la chaudière et l’endroit où elles sont stockées !

La chaudière à bois déchiqueté
La chaudière à bois déchiqueté est encore peu utilisée par les particuliers et concerne plutôt les collectivités ou les entreprises. Cependant, le système se démocratise car la chaudière à bois déchiqueté a connu ces dernières années des progrès technologiques importants en termes de prix, de rendement et de confort d’utilisation. Très coûteux, ce système de chauffage de plus de 10 000 euros permet toutefois de bénéficier du crédit d’impôt de 15 %, des subventions des collectivités territoriales et des aides financières de l’ANAH à condition d’investir dans un matériel labellisé « Flamme Verte »

La chaudière à bois déchiqueté se met en marche toute seule, ce qui constitue son principal avantage. Son fonctionnement se rapproche de celui de la chaudière à granulés de bois :

  1. L’alimentation : un silo permet d’alimenter automatiquement la chaudière avec des copeaux de bois
  2. La combustion : le bois déchiqueté entre en phase de combustion
  3. La transmission de chaleur : le brûleur transmet la chaleur provenant de la combustion du bois déchiqueté à l’eau

Pour adopter un comportement écologique, il est possible d’associer une chaudière à bois déchiqueté à une énergie renouvelable domestique, comme le solaire ou encore l’éolien. La chaudière à bois déchiqueté a un rendement thermique de 75 à 95 %, ce qui est très élevé et constitue l’un des systèmes de chauffage les plus efficaces. Peu adaptées aux particuliers, ces chaudières sont encore en phase de test et devraient très bientôt faire leur entrée sur le marché des chaudières domestiques.

PARTAGER
Article précédentLe label BBC: a quoi sert-il et comment l’obtenir?
Article suivantLE GUIDE de la veranda et de la pergola: les critères de sélection
Jean Morel

En dehors de mon titre honorifique “d’admin” pour ConsoBrico, je suis un bricoleur du dimanche infatigable, qui court à droite et gauche avec sa caisse à outils pour venir en aide à la famille et aux amis dès qu’il le peut. Le jardin est mon deuxième salon, j’y passe mes week-end et y investit la moindre économie ; ) Je construis moi même abris de jardin, cages à poules, des espaces clos pour les lapins, et même dernièrement un garage pour mettre l’abris ma collection de vélos anciens!