Saviez-vous que vous pouvez construire vous-même une terrasse en béton ?
En respectant scrupuleusement les étapes de pose, vous allez voir que c’est beaucoup simple qu’il n’y paraît. On notera toutefois que s’il est assez facile de travailler le béton sur une petite surface, la construction d’une terrasse en béton grand format est un tout autre projet et nécessitera en général l’intervention d’une équipe de professionnels.

Comment construire une terrasse en béton ? Voici les 6 étapes à réaliser vous-même.

Outils et matériel nécessaires:

  • Brouette
  • Marteau
  • Cordeau traceur
  • Mètre
  • Niveau à bulle
  • Règle de maçon
  • Râteau
  • Pelle
  • Meuleuse
  • Bétonnière
  • Seau
  • Taloche
  • Truelle
  • Pulvérisateur
  • Disqueuse
  • Gants de chantier

Matériaux

  • Ternaire
  • Sable / tout-venant
  • Planches de coffrage
  • Piquets
  • Treillis soudé
  • Plots pour treillis
  • Bâche en polyane
  • Joints de dilatation en PVC
  • Mastic polyurtéhane

Planification, préparation du sol et du coffrage

Il est possible de construire soi-même une très jolie terrasse en béton et pour une fraction du prix qu’elle vous coûterait si vous faites intervenir un professionnel, toutefois une planification et une préparation minutieuses en amont sont nécessaires.

Assurez-vous de faire couvrir en une seule fois une petite terrasse (4x2m par exemple) ou de la décomposer en plusieurs sections s’il s’agit d’une grande terrasse, en raison notamment des variations thermiques qui peuvent entraîner la dilatation des joints et des fissures aussi disgracieuses que dangereuses si vous posez sur la terrasse un revêtement comme du carrelage. Une fois que la terrasse en béton est en place, vous êtes presque “condamnés” à la garder tel, sa destruction et son remplacement étant très coûteux et difficiles. Une bonne planification est donc essentielle pour une terrasse en béton zen, attrayante aujourd’hui comme demain.

Etape de construction d’une terrasse en béton #1: Jalonner les dimensions

Délimitez le terrain ou la zone de coulage en vous munissant de piquets et en les plantant de telle manière à délimiter la zone de la terrasse à couvrir en béton. N’oubliez pas de rajouter environ 20 cm en dehors de la zone de l’ouvrage afin de travailler proprement et pouvoir circuler autour de la zone en question. Vous devrez prendre en compte l’espace des planches de coffrages et des piquets.

Avec un ruban adhésif marquez la hauteur sur chaque piquet. Cette hauteur détermine jusqu’où le coulage du béton doit être coulé Tendez un cordeau qui indiquera jusqu’où et à quelle profondeur creuser. Pensez à bien tendre la corde pour une mesure exacte.

Délimitez la zone de coulage du béton pour votre terrasse

Etape de construction #2: Travaux d’excavation

Si vous faites couler du béton en lieu et place de votre jardin, il faudra tout d’abord réaliser des travaux d’excavation à la pelle ou, plus simple encore, à l’aide d’une pelleteuse que vous pourrez louer à la journée par exemple. Si la zone de travail est de très grande taille (+ de 12 m2) vous pouvez également louer pour quelques jours un conteneur de manière à y entreposer la terre ou les dalles que vous aurez enlevées au préalable. Vous pourrez louer des conteneurs de 5 à 10M3 dans un dépôt spécialisé. Attention, le coût d’une terrasse en béton chiffre vite, faites une estimation des coûts avant le début des travaux en réalisant des devis. En savoir plus sur le prix d’une terrasse en béton sur ce site.

Attention toutefois, si le conteneur doit être immobilisé dans une rue publique ou sur un terrain empiétant sur la route, vous devrez tout d’abord demander une autorisation en mairie. Soyez donc prévoyant et comptez 1 à 2 semaines pour obtenir (ou non) l’autorisation.

Une question revient souvent et qui est: sur quelle profondeur dois-je creuser ?
Pensez tout d’abord au lit de stabilisation qui est généralement de 10 à 15cm d’épaisseur. Bien entendu si vous souhaitez une terrasse bien ancrée dans le sol il vous faudra creuser un peu plus, surtout si le terrain est un peu “meuble”.

Une excavation à la bêche, la pelle, ou la pelleteuse , selon la taille de votre jardin et la surface de la terrasse en béton en devenir.

La profondeur d’une terrasse est donc déterminée par la hauteur du revêtement du sol, dans ce cas le béton à couler. Une couche de sable stabilisée pourra être présente entre le lit de stabilisation et le le revêtement supérieur de manière à consolider l’assise.

Lorsque vous travaillez sur l’excavation vous devez également faire attention à ne pas déplacer ou heurter les conduites d’eau ou de gaz ! Avec une pelle vous aurez peu de chance de faire des dégâts mais c’est une toute autre histoire avec une pelleteuse.

  • Vérification du fond du lit de stabilisation

A l’aide d’une grande d’une planche de coffrage en aluminium et d’un niveau à bulle, vérifiez que le terrassement ait bien été effectué proprement. La surface doit être la plus plane possible.

Etape de construction #3 : dépôt des pierres concassées et du sable

Soit l’entreprise vous livre et déverse les pierres ou le ternaire directement dans le lit de stabilisation ou vous pouvez également effectuer cette opération avec une pelle et une brouette. Il s’agit d’un travail un peu physique et relativement long, sachez-le, surtout si vous avez des problèmes de dos ou de genoux ! Essayez de faire en sorte que la hauteur du dépôt soit équivalente environ à 10 cm. Pour ce faire utilisez un râteau pour égaliser la surface.

Déposez ensuite, de la même manière, du sable ou du tout-venant sur les pierres. Répartissez au mieux afin que l’ensemble soit homogène et tassez l’ensemble avec une dame à main de 20x20cm

Tout-venant, ou gravier avant de couler le béton

Etape de construction #4 : réalisation du coffrage

A ce stade, il vous aura fallu calculer le nombre de planches de coffrage nécessaire pour faire en sorte de réaliser le pourtour de la zone de travail.

Vous pouvez réaliser un coffrage en bois ou en brique en prévoyant une pente de 1cm à 2cm par mètre (n’oubliez surtout pas d’assainir le sol avec de la terre ou du gravier, étape ci-dessus). Il va sans dire que la hauteur de la planche en bois soit être supérieure ou égale à la hauteur de béton souhaitée. Assurez-vous également que les planches soient solidement attachées aux piquet afin que la volume de béton n’entraîne pas l’affaissement des piquets et donc des planches. Plantez et clouez des tasseaux derrière les planches de manière à renforcer leur solidité.

Un coffrage externe et interne en bois, pour délimiter les portions de béton à couler
  • Concevoir la pente de la terrasse

Il est nécessaire tout d’abord d’installer des repères en amont de la terrasse. Commencez donc par la partie la plus haute de la terrasse pour terminer vers la partie basse, une fois la pente réalisée. A l’aide d’un niveau à bulle vérifiez à l’aide d’une planche posée sur les repères le niveau de la pente.

Assurez-vous que la pente soit réelle ou vous pourriez vous retrouver avec une eau stagnante si la pente n’a pas été réalisée correctement. Pour ce faire utilisez le niveau à bulle qui doit montrer une légère inclinaison.

  • Le film d’étanchéité

Recouvrez le tout d’un film d’étanchéité comme une bâche en plastique de type ployane de manière à ce que l’eau dans le béton ne s’évapore trop rapidement. Si la terrasse est attenante à un mur n’oubliez pas également de de protéger la façade là encore avec une bâche en plastique.

Astuce: À l’aide d’un pinceau et d’un peu d’huile, peignez la partie intérieure du bois en contact avec le béton de manière à faciliter plus tard le décoffrage des planches.

N’oubliez pas une bâche polyane ou une film en plastique avant de poser le treillis soudé.
  • La division de l’espace pour la dilatation des joints

Comme toutes les matières, le béton vit et il peut au fil du temps et des saison connaître une dilatation qui peut entraîner des fissures. Pour les éviter il est important de diviser la zone des travail en plusieurs sections (ou zone de coulage du béton). Pour ce faire, avant de couler le béton on utilisera des planches de faible épaisseur et qui représenteront l’espace des joints de dilatation. Cela permettra au béton de “respirer”, c’est à dire de s’entendre et de se contracter à l’envi. Cet espace de dilatation sera comblé par un mastic polyuréthane dont l’élasticité permet justement au béton de se dilater.

Ce n’est qu’une fois le béton durci que l’on pourra retirer ces planches.

Etape de construction #5 : Pose du treillis

C’est ici peut-être l’étape la plus importante avant de couler le béton. Sans treillis, ou un treillis mal posé, les fissures dans la dalle seront inévitables et vous n’aurez plus qu’à la casser entièrement pour recommencer. Prenez donc tout le temps qu’il vous faut pour réaliser cette étape dans les règles de l’art. Voici quelques conseils:

  • Posez tout d’abord le treillis au niveau du film polyane et et faites en sorte de laisser un espace libre d’environ 3 à 5 cm entre le treillis et la planche de coffrage. L’objectif ici est de ne pas solidariser le treillis à la planche de coffrage, ce qui pourrait poser des sérieux problèmes lors du décoffrage. Il vous faudra donc découper le treillis soit avec une pince pour treillis ou une disqueuse électrique.
  • Si les treillis se superposent en raison du découpage de la zone, assurez-vous d’attacher entre-eux les treillis à l’aide de fil à ligaturer. L’essentiel est que le treillis ne bougent pas lors du coulage de la dalle et qu’ils soient parfaitement immergés dans le béton.
La pose d’un treillis est très importante. Solidarisez les treillis entre eux afin qu’ils ne bougent pas durant l’étape de coulage.

Autre point important, surélevez les treillis avec des plots (similaires à des plots pour carrelage) de manière à ce qu’ils ne soient pas en contact avec le sol directement, mais une fois encore, totalement enrobé dans la dalle de béton. Si vous ne trouvez pas de plot dans le commerce, vous pouvez placer de petites brique ou des parpaings.

Etape de construction #6 : coulage du béton

Une fois ma mise en place réalisée il ne reste plus qu’à faire couler le béton.

Dans ce cas, deux options. La plus simple est encore de se faire livrer le béton si la surface à couvrir est importante. Dans l’autre cas vous pouvez louer une toupie béton.

Etape de coulage du béton pour la terrasse. Ici une grue pour une grande terrasse.

la toupie béton est la solution la plus commune. Assurez-vous d’en louer une équipée d’une cheminée qui permet de faire couler directement le béton de la toupie dans la zone de travail. Vous éviterez ainsi les seaux de béton très lourds et qui vous ralentissent.

Réalisez le bon dosage de béton pour une terrasse (1 seau de ciment pour 2 seaux de sable, 3 seaux de gravier et 2/3 d’un seau d’eau). Vous pouvez calculer le dosage ici.

Comme nous l’avons vu plus haut, il est nécessaire que chaque portion de la dalle soit coulée en une seule fois.

Commencez par couler une section de la dalle puis à l’aide d’une grande règle de maçon égalisez le volume de ciment jusqu’à obtenir une surface plate et homogène. Effectuez un mouvement de va et vient avec la règle en tirant légèrement vers vous.

Dernière étape: lisser le béton pour lui donner une apparence lisse. On terminera en talochant la surface.

Talochez ensuite la surface pour lisser le béton et dégager l’excédent d’eau en surface.

Et voilà le travail, il ne reste plus qu’à attendre le séchage du béton (environ 24h). Si vous souhaitez installer un revêtement sur la dalle en béton, tel qu’un carrelage, il faudra attendre environ 6 semaines, de manière à ce que le coeur de la dalle soit parfaitement sec.

Bon courage dans vos travaux de construction d’une terrasse en béton !

Sur le même consultez notre article sur les terrasses design et l’aménagement d’une terrasse dans un petit espace.

Article précédentQuel traitement de l’eau pour une piscine en hiver ?
Article suivantBien régler sa chaudière ? Consommation, entretien et économies
Marc Gauthier
Bricoleur autodidacte, je suis passionné par la décoration intérieure, le bricolage, et tout ce qui touche à la récupération d’objet pour leur donner une seconde vie. J’ai travaillé par le passé dans l’import export de mobilier d’intérieur et de fait je suis toujours à l’écoute et à l’affut des nouvelles tendances. Loin d’être un bricoleur chevronné, j'ai récemment fait mes premières armes dans la rénovation complète d’une vieille bâtisse dans la Creuse (qui m’aura pris plus d’un an au total!). Je suis un touche à tout qui aime observer, comprendre, et démonter un peu tout et n’importe quoi pour analyser les mécanismes et les fonctionnements. Je co-anime ConsoBrico pour faire partager mes découvertes et expériences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here