On l’aura tous remarqué : l’heure est au recyclage et non plus à la « surconsommation ».

Qu’il s’agisse de tables fabriquées à partir de palettes de bois ou de meubles anciens à qui l’on redonne une seconde jeunesse grâce aux nouvelles peintures pour meubles ultra simples à utiliser, les mots d’ordre sont : récupération et transformation.

Avec un peu de temps, animé d’une belle énergie positive, quelques outils et un peu d’huile de coude, il est possible de fabriquer soi-même une très jolie table haute de repas ou une basse de salon avec du bois de récupération.

Imprimez ensuite le style que vous souhaitez en choisissant les piètements de table : vintage, scandinave, industriel, moderne, le tout avec une base de pieds réglables ou non, choisissez les dimensions et les finitions du plateau pour que la table corresponde à l’architecture de la pièce ainsi qu’à la déco existante.

Rassemblez le bois de récupération

Le bois de récupération possède une surface et une patine presque impossible à recréer à la main. Si vous connaissez quelqu’un qui entreprend actuellement une rénovation majeure dans une maison ancienne et souhaite se débarrasser de l’ancien pour du neuf, il y a de fortes chances que vous trouviez des lambris usés, des parquets à chevron ou des solives de plancher d’origine prêts à être récupérés pour trois fois rien, voire même gratuitement.

Idem pour les décharges ou les déchetteries locales. Une astuce consiste à se poster du côté de la benne à bois un samedi matin, jour de forte affluence, et attendre la perle rare. Il est même parfois possible d’en récupérer devant les poubelles des maisons.

Tous les goûts sont dans la nature et certaines personnes ne sont sensibles qu’au neuf, au « propre » et au lisse. C’est une chance pour vous qui cherchez l’authenticité d’un paquet ancien qui a vécu et raconte une histoire. Ainsi, leboncoin.fr, les brocantes physiques comme en ligne, les magasins d’antiquité, les puces deviennent tour à tour des lieux de pèlerinage pour celui en quête d’un bois imparfait aux multiples facettes.

Préparez le bois !

Assurez-vous que le bois soit totalement sec avant de le travailler. Ce matériau qui aura peut-être été laissé inerte des années dans une vieille demeure non chauffée aura probablement des niveaux d’humidité élevés (notamment si la maison se trouve dans une région pluvieuse). Si le bois sort d’un espace conditionné, c’est à dire habité et chauffé, il est probable qu’il soit suffisamment sec pour être utilisé rapidement.

N’oubliez pas que si vous utilisez des solives de plancher, elles auront été le plus souvent soumises à des niveaux d’humidité assez élevés — étant proches du vide sanitaire sous la maison ! Lorsque vous déplacez le bois humide à l’intérieur de votre maison, il va sécher, mais cela peut prendre quelques semaines, voire quelques mois, pour un bois très humide.

Une autre option est de stocker le bois à l’intérieur pendant l’hiver. Dans une maison et notamment dans une cave équipée d’un chauffage à air pulsé, le mouvement de l’air, la faible humidité en hiver et la chaleur vont sécher le bois pour vous. Si le temps n’est pas de votre côté et que vous n’êtes pas confiant dans la capacité du bois à sécher, un abri de jardin ou encore un garage sont des solutions de repli. L’espace de la cuve à fioul en est un autre.

Choisissez les piètements de tables

Pour réaliser une table en bois, la première chose à faire est de dessiner un plan, même simple, du meuble que vous souhaitez parvenir à fabriquer. Faites un croquis avec des dimensions aussi précises que possible : hauteur, largeur longueur, mais aussi le style et les couleurs. Vous aurez ainsi une idée assez précise de la quantité de planches en bois ou de palettes nécessaires.

En matière de pieds de table, vous n’aurez que l’embarras du choix en commençant par les faire vous même sous forme de tréteaux. Si vous souhaitez davantage de caractère, des pieds de table industriels réglables en fonte ou en acier peuvent être trouvés dans les magasins d’antiquité ou commandés en ligne parfois pour moins de 50 euros. Choisissez des pieds dont la longueur excède les 70 cm pour une table de repas ou une table de café. Voir ici quelques exemples de pied de table en acier pour table ou bureau.

Assainissez le bois

Tentez de distinguez à l’œil nu toutes les aspérités, clous ou saletés qui pourraient venir ternir l’image du bois. Pour les trous trop importants vous devrez reboucher avec une pâte à bois que vous pourrez acheter toute faite ou en la faisant vous-même, en mélangeant de la colle à bois avec de la sciure.

À l’aide d’une ponceuse électrique, passez quelques coups de ponceuse sur votre planche en faisant attention à ne pas lui donner un aspect neuf. Le but est ici de se débarrasser des impuretés trop visibles et qui viennent entraver l’esprit et l’authenticité du bois. Parfois un très vieux morceau de chewing-gum ou des moisissures tenaces desservent le bois en lui donnant un côté négligé. Ce n’est pas ici ce que l’on recherche.

Autre possibilité pour « dépoussiérer » le bois, munissez-vous d’un papier de verre avec de gros grains pour les planches abîmées et d’un grain plus fin si la planche est en bon état. L’abrasif du papier est tout aussi efficace qu’une ponceuse (voire une raboteuse) si vous y mettez un peu d’huile de coude. S’il ne s’agit que de quelques planches de bois, vous n’aurez pas besoin de raboteuse ni même d’une ponceuse électrique.

Autre aspect important, il conviendra de traiter le bois pour le rendre imputrescible en appliquant de l’huile de lin ou de la cire d’abeille. Évitez les produits toxiques tel que le xylophène, aussi nocifs pour vous que pour le bois.

 

Découpez le bois

Découpez grossièrement les planches longtemps aux dimensions désirées. La coupe finale sera faite après que les planches auront été jointes, alors laissez-les au moins 2 cm de longueur de manière à conserver un peu de jeu de manière à bien appréhender les jointures des planches lors de la pose finale. Au besoin, repassez les planches à la ponceuse en prélevant une couche infime à chaque passage, sans oublier les côtés et les chanfreins, essentiels pour éviter les échardes.

Ensuite, en fonction de l’état du bois et du type de finition que vous souhaitez, le ponçage des planches sera peut-être une option nécessaire. Cependant, il y a de fortes chances que, du fait de l’humidité et du temps, vos planches soient légèrement incurvées ou tordues. Le moyen le plus rapide de corriger cela est d’utiliser une raboteuse comme nous l’avons vu plus haut. Bien que peu chère, même dans sa version électrique, la raboteuse électrique n’est pas toujours l’outil le plus commun dans la plupart des établis de bricoleur. Contactez dès lors famille et amis et empruntez-en une.

Veillez à vérifier et ajuster manuellement la profondeur du rabot. Ceci est important, car la planche n’aura peut-être pas la même épaisseur (ou en torsion) de bout en bout sur toute sa longueur. Les dommages pour la planche peuvent être irréversibles si vous ne l’ajustez pas manuellement en fonction de l’endroit où vous rabotez la planche.

Continuez à raboter les planches jusqu’à ce que la lame touche légèrement toute la surface de la planche. La finition doit être équilibrée de bout en bout. Ne vous inquiétez pas si les planches ont une épaisseur très légèrement différente ( /-2 mm de différence), vous pourrez corriger cela lors de la pose. Côté largeur, elle doit être constante sur toute la longueur de chaque planche afin d’éviter de créer des interstices dans lesquels se logeront les impuretés.

L’assemblage du plateau est en général la phase la plus simple, puisqu’il suffit de fixer les planches de bois destinées à devenir le plateau de table. Si vous optez pour une table basse capable d’être déplacée facilement d’une pièce à l’autre de la maison, pensez à installer des roulettes.

Le style

Un point concernant la couleur du bois. Si vous souhaitez conserver les motifs et notamment les stries du bois ainsi que sa couleur naturelle, il n’est pas nécessaire de peindre le bois. Si vous souhaitez malgré tout apporter un peu de couleur au plateau, privilégiez les lasures claires ou les peintures acryliques qui pourront être diluées avec beaucoup d’eau. Pensez à acheter un petit pot de primaire d’accrochage afin de vous assurer que la peinture tiendra dans le temps. Enfin, côté applications — et pour créer des motifs et textures décalées, vous pourrez choisir entre la bombe aérosol, l’éponge et le pochoir.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here