Faire construire votre maison est l’aventure de votre vie, il n’en reste pas moins que vous avez déjà le vertige en constatant toutes les démarches à effectuer. Terrain, constructeur, notaire, architecte, contrat, devis… Des mots remplis d’excitation et d’espoir qui cachent parfois complications et surprises.

Pour minimiser les désagréments, voici le guide des 6 erreurs à éviter lors de la construction de votre maison.

Erreur N° 1 : Sous-Évaluer votre Budget Construction

Le budget est l’élément principal et indispensable pour la construction de votre maison. En effet, sans lui, pas de projet !

Le budget doit répondre à l’achat du terrain, à l’étude du projet et à sa réalisation.

N’oubliez pas qu’à l’achat du terrain sont annexés des frais de notaire. L’étude de projet comporte notamment l’étude du sol, il s’agit de frais techniques versés avant le début des travaux. La réalisation, bien évidemment, est la construction des murs de votre maison et de son intérieur.

Il y a toujours des surprises budgétaires lors de ce type de projet. Assurez-vous d’avoir une marge de manœuvre financière pour ne pas être pris au dépourvu.

Erreur N° 2 : Faire l’Impasse sur l’Étude de Terrain

Symboliquement, l’étude de terrain se compose de trois phases.

  • Le Choix de Votre Terrain

Celui-ci résulte de vos critères personnels. Prenez le temps de le choisir, ne vous précipitez pas sur la « bonne occasion ». C’est tout de même le lieu où vous allez vivre une partie de votre vie. Ce doit donc être une évidence, une certitude.

Une information très importante, il faut que votre terrain soit viabilisé. La viabilisation est le fait de raccorder l’eau, l’électricité, le gaz, le téléphone à votre maison. De plus, sachez qu’un terrain en forme de drapeau occasionne des frais supplémentaires en termes de raccordement. En effet, il faut tirer une longueur de câbles plus importante que la moyenne. La facture est donc plus élevée.

  • L’Environnement de Votre Terrain

Généralement, l’étude de l’environnement du terrain se fait en même temps que le choix. Effectivement, de prime abord, vous allez regarder si la zone n’est pas soumise au bruit (commerçants, train…), si le terrain se trouve près d’un cours d’eau, d’une forêt. D’autres informations doivent être demandées en mairie comme les zones sismiques ou les zones inondables. Évaluez les risques et prenez votre décision en tant que telle.

  • L’Étude du Sol

Le terrain a passé avec brio les deux premières phases, il ne lui en reste plus qu’une et pas des moindres.

Suivant la composition du sol, les fondations ne sont pas les mêmes et les prix peuvent donc varier. Par exemple, un sol argileux a besoin de fondations différentes et plus coûteuses. La première étape est de se renseigner en mairie pour avoir accès au POS (plan d’occupation des sols) ou au PLU (plan local d’urbanisme). Ensuite il faut effectuer deux à trois sondages au niveau du sol avec un bureau d’étude. Cette étude est indispensable, ne la négligez pas. Le sol doit supporter le poids de votre maison, vous ne devez courir aucun risque à votre emménagement. Voir quelques conseils pour construire sa maison.

Erreur N° 3 : Choisir votre Constructeur Rapidement

Il existe plusieurs solutions pour la construction de sa maison. Si vous faites appel à un constructeur, celui-ci est le chef d’orchestre. Il gère tout du début jusqu’à la fin. Par exemple, vous ne choisissez pas les artisans, de plus, vous sélectionnez votre maison sur catalogue.

Le choix de votre constructeur est une décision réfléchie. Il est important d’établir une relation de confiance. Lors d’un premier rendez-vous, vous exposez votre projet, vous posez des questions, vous vérifiez que vous avez la même vision de votre future maison.

Pour cela, prenez votre temps en consultant différents constructeurs.

Lorsque votre choix est fait, il est temps de vérifier que la partie administrative est en ordre. Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

  • Constatez l’inscription de l’entreprise à la chambre du commerce et des métiers, contrôlez qu’elle ne fait pas l’objet d’un dépôt de bilan.
  • Assurez-vous, de plus, de l’authenticité de l’extrait KBIS qui est le seul document à prouver l’existence d’une entreprise.
  • Vérifiez que le constructeur est couvert par l’assurance dommages-ouvrages, ne commencez jamais vos travaux sans cette garantie !
  • Examinez les labels et les certifications (Qualibat, EcoArtisan, Certif ISO 900) du constructeur.
  • Renseignez-vous sur les chantiers passés, allez voir les propriétaires pour savoir comment cela s’est passé.

Une précision tout de même, la certification rassure par la démarche de sérieux de l’entreprise, mais celle-ci n’est pas un label. La certification juge et valide la qualité des procédures. Le label, lui, juge et valide la qualité du produit fini.

Il est à noter que pour l’obtention de certains prêts, la certification est obligatoire. Notamment celles favorisant les énergies renouvelables.

Erreur N° 4 : Payer Intégralement l’Artisan avant le Début de Chantier

Pour éviter des déconvenues, il est important de prendre certaines précautions. Il faut que chaque acteur du projet respecte les codes. Vous devez signer un contrat, celui-ci doit être le plus explicite possible pour éviter tout malentendu.

Concernant le versement d’un acompte, deux cas de figure s’offrent à vous :

Le constructeur a souscrit une garantie de remboursement d’acompte. Il peut vous demander 5 % à la signature du contrat et 5 % lors de l’obtention du permis de construire.

Le constructeur n’a pas souscrit de garantie, il peut vous demander un dépôt de garantie n’excédant pas 3 % du prix de construction, déposé sur un compte spécial à votre nom.

De plus le code de la construction et de l’habitat régit par une grille d’appel de fonds les échelonnements de paiement dès le début de l’édification de votre maison.

Ils se répartissent ainsi :

  • 15 % à l’ouverture du chantier, incluant éventuellement le dépôt de garantie ;
  • 25 % à l’achèvement des fondations ;
  • 40 % à l’achèvement des murs ;
  • 60 % à la mise hors d’eau ;
  • 75 % à l’achèvement des cloisons et à la mise hors d’air ;
  • 95 % à l’achèvement des travaux d’équipement, de plomberie, de menuiserie et de chauffage.

Vérifiez que ces échelonnements soient bien notés dans le contrat et qu’ils correspondent au décret (91-1201 article R* 231-7) de la construction d’une maison individuelle. En savoir plus ici sur les modalités de transaction immobilière.

Erreur N° 5 : Déléguez Totalement les Travaux

Vous vous devez de contrôler régulièrement les travaux. C’est en effet le seul moyen de voir les défauts et de les corriger à temps. Cela vous permet d’anticiper des erreurs de plan. Vous pouvez aussi vérifier les matériaux utilisés tout au long de la construction.

Remontez les problèmes au chef de chantier et au constructeur pour qu’ils fassent le nécessaire. Sachez qu’il vous est possible de bloquer les paiements si les défauts ne sont pas corrigés.

Erreur N° 6 : Un Architecte sans Garantie

Si vous ne souhaitez pas confier votre projet à un constructeur, vous avez aussi la possibilité de faire appel à un architecte, il est alors coresponsable du projet. Il s’assure que les plans sont respectés en supervisant les différents intervenants (choisis par vos soins). L’avantage est que votre maison est telle que dans votre imagination.

Néanmoins faire appel à un architecte demande des vérifications.

Vous devez contrôler :

  • Son inscription à l’ordre des architectes ;
  • Ses certificats d’assurance professionnels ;
  • Son attestation de garantie décennale.

Tout comme pour le constructeur, vous pouvez aussi vous renseigner sur les anciens chantiers. Vous l’avez compris la vigilance est de mise lors de la construction de votre maison. N’oubliez pas que vous allez y vivre pendant des années, des décennies, vous avez le devoir d’être exigeant !

Soyez curieux et attentif, vérifiez les contrats, les devis, questionnez… Cette maison est le rêve de votre vie, soyez donc son fondateur aux bases solides !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here