Si vous prévoyez de faire des travaux dans votre logement ou de les confier à un professionnel (rénovation, extension, amélioration…), vous devez impérativement penser, en amont, à souscrire une assurance adaptée ou à choisir un entrepreneur qui possède une assurance adhoc. Pour vous aider à y voir plus clair, voici nos conseils.

Vous êtes le maître d’œuvre

  • Jetez un œil à votre assurance habitation

Si vous avez décidé de réaliser vous-même des travaux dans votre logement, nous vous conseillons dans un premier temps de reprendre votre contrat d’assurance habitation pour voir ce qu’il comporte. En effet, en fonction de la formule que vous avez choisie, il se peut que vous soyez déjà entièrement couvert.

Il est ainsi assez courant de voir des garanties responsabilité civile protéger le logement et les biens qu’il contient en cas de dommages créés par des travaux, que vous soyez propriétaire ou locataire. Mais attention, ce n’est pas toujours le cas. Il va alors falloir apprendre à lire entre les lignes. Prenons un exemple. Dans votre contrat, il est stipulé que la protection concerne « les pièces de vie ».

A ce titre, vous ne serez pas assuré en cas de dommages survenant dans une salle de bain ou des toilettes. Il en est de même si vous disposez d’une petite dépendance dans votre jardin. Si tel est le cas, vous devrez souscrire à une extension de garantie, qui pendant la durée des travaux, se chargera de protéger la totalité des surfaces concernées. 

De plus, il est important, en période de travaux, de se prémunir contre tous les risques qui pourraient survenir. En effet, si votre chantier entraine des « brèches » dans votre sécurité, le risque de vol peut être important.

Il en est de même pour les incendies ou même les explosions que certains matériels utilisés pourraient déclencher. Alors une fois de plus, faites le bilan de votre protection actuelle, établissez les risques potentiels auxquels vous pourrez être soumis et en cas de besoin, n’hésitez pas élargir votre formule d’assurance.

Sur le même thème découvrez les travaux éligibles aux Certificats d’Economies d’Energie (CEE).

Enfin, sachez que vous pouvez aussi très bien soumettre à une extension de garantie afin d’ajouter de nouveaux bénéficiaires. Cela aura son importance si vous prévoyez de vous faire aider pendant la durée du chantier. Il en va de la sécurité de la personne qui vous aide, mais aussi, de la vôtre, au cas où des objets ou du mobilier viendraient à être endommagés.

Vous confiez les travaux à un professionnel

  • L’assurance dommage ouvrage

Cette assurance concerne particulièrement les gros travaux (extension par exemple). Si elle n’apparait pas dans les contrats de votre prestataire, vous pouvez d’ailleurs faire le choix de la souscrire vous-même. Grâce à elle, vous obtiendrez le remboursement des indemnisations et frais engagés en cas de problème, sans avoir besoin d’attendre que la justice décide de la responsabilité. En savoir plus sur Index Habitation.

  • La responsabilité décennale

Si vous choisissez de faire appel à un professionnel, nous vous conseillons de vérifier les assurances souscrites auprès de sa compagnie. Encore une fois, il en va de votre protection et de votre sécurité. Chez les professionnels, la plus courante est sans aucun doute la responsabilité décennale. Elle oblige le prestataire à réparer, pendant 10 ans, tous les dommages qui pourraient survenir après son passage, en lien avec les travaux qu’il a réalisé. Problème de canalisation, d’éclairage, malfaçon… tout ce qui entrave à l’utilisation du logement devra être réparé. 

  • La garantie biennale

Cette garantie n’est pas très connue, et pourtant son utilité a déjà été prouvée à maintes reprises. Elle concerne les travaux liés à l’installation de nouveaux équipements (sanitaires, robinetteries…). En cas de constatation de mauvais fonctionnement, vous avez deux ans après leur mise en marche, pour demander réparation. 

Et que dire de cette dernière garantie, celle qui prévoit la garantie du parfait achèvement des travaux ? On le sait, le milieu du bâtiment n’est pas toujours évident. Beaucoup d’entreprises ferment en laissant des chantiers en cours, à l’abandon. Si vous faites appel à des entreprises dites, solvables, vous réduirez le risque, mais telle est ici la contradiction.

Le plus souvent, les sociétés qui « tiennent la route » souscrivent obligatoirement à cette assurance, alors que les plus précaires ne la proposent pas. Pourtant, cette garantie est essentielle et peut vous éviter beaucoup de stress et de perte d’argent, car elle oblige le prestataire à terminer les travaux d’une manière ou d’une autre, et à réparer les dommages dus à une malfaçon pendant l’année suivant l’achèvement du chantier. Il n’est pas rare que certaines sociétés prévoient ainsi de confier les travaux à une autre entreprise en cas de faillite.  

Vous l’avez compris, il est extrêmement important de ne pas lésiner sur votre assurance pendant une période de travaux. Mieux vaut prévenir que guérir. Cela n’a jamais été aussi vrai que dans le bâtiment, un monde où les imprévus sont courants et souvent, très couteux. A la fin des travaux, vous devrez une nouvelle fois modifier votre contrat afin de prendre en compte les changements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here