Les premiers combustibles

Depuis que l’homme a découvert le feu, il a également découvert le chauffage. Avant cette période, il était vraisemblablement très résistant aux variations de température entre l’été et l’hiver (en tous cas certainement davantage que l’homme contemporain).

Avec le feu, il a découvert la possibilité de réguler un peu mieux son environnement, en particulier son habitat naturel (les grottes).

Depuis cette période, l’homme n’a jamais cessé de recourir à des combustibles pour se chauffer.

Les animaux possèdent, contrairement à l’homme, un métabolisme leur permettant de s’adapter plus facilement aux conditions climatiques variant fortement en fonction des saisons. Un certain nombre d’entre eux entament même une période de quasi-sommeil (hibernation) pendant la période froide.

Quant à l’homme, il s’avère que, dans les contrées que nous connaissons, la température de confort du corps est à peu près de 20 ° celsius, avec une certaine variation en fonction des saisons. En effet, une température de 25 ° sera très supportable l’été alors qu’elle sera considérée comme une surchauffe en hiver.

Il est d’autre part intéressant de constater que bien que la gamme des températures présentes sur notre globe varie de -273 ° celsius (température de liquéfaction de l’air correspondant à 0° kelvin) à plusieurs milliers de degrés, l’être humain a une plage de température de confort très faible.

A l’origine, le combustible le plus utilisé pour le chauffage a été le bois de toutes espèces. C’était le combustible "naturel" par excellence. Il est notable de constater que ce combustible revient sur le devant de la scène, de part ses caractéristiques de combustible renouvelable dégageant du CO2 à cycle court.

Lire également  Comment financer son chauffage ? Quelques pistes pour économiser

Puis vint la découverte des combustibles fossiles, d’abord le charbon et enfin des combustibles liquides et gazeux.

La liste (non exhaustive) des combustibles utilisées de nos jours est la suivante :

  • L’éléctricité
  • Les différents gaz (naturels, butane, propane, de coke, de méthanisation)
  • Les différents liquides (fuels, essence, pétrole lampant, etc...)
  • Les différents solides (charbons, bois, lignite, tourbe, etc...)
  • Energie solaire ou éolienne

Il est également possible de diviser les combustibles en plusieurs catégories distinctes, selon qu’ils sont renouvelables ou pas :

http://oekoumene.fr

Source: http://oekoumene.fr

Energies fossiles non renouvelables :

  • Charbon
  • Coke de charbon
  • Gaz de cokerie
  • Pétrole
  • Essences
  • Fuels
  • Coke de pétrole
  • Matériaux fissiles (uranium)

Energies renouvelables :

Provenant de l’activité solaire directe :

Provenant de l’activité solaire indirecte ou autres

  • Energie hydraulique
  • Méthanisation des déchets
  • Hydrogène
PARTAGER
Article précédentL’isolation thermique: les bonnes pratiques pour éviter des déperditions de chaleur
Article suivantChauffage: tous les matériaux, classifications et normes
Bruno Kieffer

Ma spécialité c’est la salle de bain. Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours été intéressé par les salles d’eau. J’ai été à bonne école avec mon père – plombier puis technico commercial dans la plomberie chauffage – qui m’a emmené pendant des années sur divers chantiers le week-end. J’ai observé, appris, oublié.. réappris, et au final appliqué moi-même certaines observations lors de la rénovation de mon premier appartement en 2008. Ce “mini blog” sur ConsoBrico n’a autre prétention que de faire partager mon expérience, mes idées et astuces au biais d’articles courts et concis qui j’espère pourront vous être utiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here